Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18

Conditions de travail des informaticiens étrangers en France (recrutement, salaires...)
par Regis [Munci], 09 Fév 2014, 10:28

L'offshore dans l'administration et les entreprises publiques
par Admin [Munci], 06 Oct 2013, 16:44


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

Non, le code du travail n'est pas le premier frein à l'embauche !
par marius, 24 Juin 2017, 12:00

[Linagora] Les méthodes brutales du PDG Alexandre Zapolsky, candidat LREM
par vincent-37, 19 Juin 2017, 23:13

ingenieur : metier devalorisé en France ?
par gojul91, 15 Juin 2017, 08:23

Maroc et Tunisie, 10 à 15 recrues IT par mois vers la France (Ametix, S.Boukris) Le Parisien ECO
par escapetiger, 07 Juin 2017, 13:09

Les chiffres du chômage des cadres enfin mieux connus
par Predic, 31 Mai 2017, 16:54


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Conseil National du Numérique V3 : une représentativité à nouveau contestable !
Publié le 9 février 2016, mis à jour le 10 février 2016
Rubrique : DOSSIERS, POSITIONS > Filière numérique
Mots-clés : Conseil National du Numérique (CNNum) / Syntec (Numérique)
Nombre de visiteurs uniques : 3912 • Lien pérenne : https://munci.org/article2182.html


Source(s) : MUNCI, 09.02.2016 | MAJ 10.02.2016
Lien à consulter : La nouvelle liste du CNNum, 3e édition
En 2011, le MUNCI avait critiqué la composition de la première mouture du CNNum (à l’instar de l’immense majorité de l’écosystème du numérique) : Conseil National du Numérique (CNNum) : une représentativité à revoir !.
En 2013, c’est une liste plus consensuelle et représentative de la diversité du numérique en France qui avait été nommée par le Gouvernement. On peut saluer d’ailleurs le travail accompli par ce 2e CNNum et surtout son ouverture vers la société civile avec notamment beaucoup d’efficacité en matière de démocratie participative.
Le nouveau Conseil National du Numérique retombe malheureusement dans certains travers (en faisant notamment la part belle à un syndicat patronal, le Syntec Numérique…).

La nouvelle liste du CNNum V3 vient d’être dévoilée (cf. lien ci-dessus).

Une majorité de ses (30) membres sont des entrepreneurs et plus généralement des professionnels de l’économie numérique (ce qui ne devrait pas plaire à tout le monde…).

Parmi eux nous observons L’ABSENCE TOTALE :

  • de représentants, qu’ils soient syndicalistes ou associatifs, des salariés & freelance du numérique, ce qui n’est hélas pas nouveau et démontre une fois de plus l’ignorance totale voire le mépris porté par le pouvoir politique à l’attention des (véritables) maitres d’œuvre de l’économie numérique !
    France numérique d’en haut vs France numérique d’en bas…
    grr
  • de professionnels issus de certains secteurs majeurs de l’économie numérique tels que les éditeurs de contenus en ligne et professionnels de l’information, les infrastructures numériques/télécoms, le jeu vidéo…
  • de représentants des associations de défense des libertés numériques, des pôle de compétitivité, des clusters territoriaux…etc

Nous notons par contre la SUR-REPRÉSENTATION D’UN (SEUL) SYNDICAT PATRONAL, à savoir le SYNTEC NUMÉRIQUE, à travers la présence de :
- M. Guy MAMOU-MANI, président du Syntec Numérique
- Mme Véronique TORNER, vice-présidente du Syntec Numérique
- Mme Patricia LANGRAND, Vice Président Exécutif Business Developpement & Marketing chez STERIA (l’une des principales SSII/ESN pourvoyeuses d’administrateurs du Syntec Numérique depuis sa création…)
… soit 10% des membres de ce CNNum.
Notre propos ne consiste en aucun cas à déconsidérer des personnalités comme M. Guy MAMOU-MANI et Mme Véronique TORNER qui, de par leur stature, leur expérience et leur sens du dialogue, ont légitimement leur place dans ce Conseil.
Il ne consiste pas non plus à déconsidérer le SYNTEC NUMÉRIQUE lui-même dont l’évolution opérée ces dernières années nous parait globalement positive (sauf peut-être sur le plan de la communication…).
Attention : il convient de distinguer les SSII dans leur réalité… avec leur modèle socio-économique… et leur syndicat patronal.
Néanmoins, il faut rappeler que si le SYNTEC NUMÉRIQUE est le 1re syndicat de l’économie numérique en France en termes de chiffre d’affaire et d’emplois salariés (env. 300 000) sur la globalité de ses 1500 sociétés membres, il ne représente cependant qu’un segment de l’économie numérique, celui de la Branche Logiciels, Conseil & Services Informatiques, qui n’est elle-même qu’un segment du secteur des producteurs de STIC (lequel compte près de 700 000 salariés, cf. page 2 de http://www.entreprises.gouv.fr/file&hellip ;), qui n’est lui-même qu’un SEGMENT des acteurs de l’économie numérique (laquelle compte environ 900 000 salariés et freelances, cf. http://www.entreprises.gouv.fr/obse&hellip ;).
De même, le SYNTEC NUMÉRIQUE ne représente qu’un petit pourcentage (moins de 10%) de l’ensemble des sociétés (employeurs) de Logiciels, Conseil & Services informatiques en France (environ 16 000).
Bien entendu, tout ceci n’empêche pas le SYNTEC NUMÉRIQUE de se présenter régulièrement comme “le Syndicat des entreprises du numérique”…

A contrario, il n’y a dans ce nouveau CNNum aucun représentant de CINOV-IT, de l’AFDEL, de l’AFNUM…etc

La diversité de l’économie numérique ne s’arrête pas à une seule organisation professionnelle, comme le montre d’ailleurs notre document : Principales organisations (associations, syndicats...) du numérique en France.

Mais en matière de numérique (et pas que…), force est de constater que le Gouvernement Valls-Hollande est particulièrement clientéliste… lire à ce sujet :


NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5(4.2 - 5 votes)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article