Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
AGENDA du MUNCI et de ses PARTENAIRES

Pour être tenu(e) au courant des prochains EVENEMENTS : courriel

ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

Transition numérique : Les métiers de l'avenir (Le Parisien Etudiant)
par escapetiger, 23 Nov 2017, 15:45

comment faîtes-vous pour gérer votre statut de "informaticien au chômage",un métier si prisé?
par Eliot Lucet, 17 Nov 2017, 11:28

Sondage / Professionnels de l'informatique, pensez vous que l'infogérance est rentable ?
par thomas-33, 16 Nov 2017, 20:47

Développeur : un métier largement méprisé en entreprise (Blog JobProd, Julien)
par bonneville, 06 Nov 2017, 10:52

Après trois ans de chômage, il revient à la pointe de l'informatique (Le Parisien C.P.) - Senior
par escapetiger, 04 Nov 2017, 18:44


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Consultation sur la création du Conseil National du Numérique : la contribution du MUNCI
Publié le 10 février 2011, mis à jour le 26 février 2011
Rubrique : ACTIONS, VIE DU MUNCI > Actions du Munci
Mots-clés : Economie numérique
Nombre de visiteurs uniques : 2286 • Lien pérenne : https://munci.org/article1686.html


Source(s) : MUNCI, 10.02.2011 | [orange fonce]MAJ 26.02.2011[/orange fonce]
Lien à consulter : Un Conseil national pour accompagner le développement du numérique en France

Eric Besson, ministre en charge de l’Economie numérique, a demandé à Pierre KOSCIUSKO-MORIZET de piloter une mission de préfiguration du Conseil national du Numérique, projet voulu par le Président de la République. L’objet de cette mission est principalement de recueillir l’avis des acteurs de l’économie numérique et ensuite de formuler des premières propositions et recommandations qui seront remises à Eric Besson et au Président de la République.

Le périmètre de la mission touche à trois thématiques complémentaires : les difficultés rencontrées par les acteurs du numérique, difficultés de nature juridique, économique, fiscale, etc. ; le Conseil national du numérique et la formulation de premières propositions destinées à assurer un développement du secteur de l’internet et du numérique en France.

Cette consultation (synthèse d’une page à transmettre par courriel) s’est achevée le 10.02.2011.


[orange fonce]MAJ 26.02.2011 :[/orange fonce]

Rapport relatif à la création du Conseil national du numérique (Minefe)
+ Annexe du rapport (ensemble des contributions)

Extrait de la page 5 :
“Le Conseil national du numérique doit comprendre des acteurs provenant de toute la chaîne construisant le numérique : utilisateur, opérateur, équipementier, intermédiaire, fournisseur de contenus, acteurs du commerce électronique ;”
Nous constatons, une fois de plus, l’oubli du secteur “Logiciel, Conseil et Services informatiques”…

Revue de presse :

CONTRIBUTION DU MUNCI

Besoins du secteur et problèmes à résoudre d’ordre législatif, réglementaire, fiscal ou administratif

1. Un observatoire des TIC incluant des indicateurs socioprofessionnels (emploi, formation, salaires, diversité, conditions de travail, mobilité, GRH, GPEC, RSE, attractivité du secteur…etc)

Selon les sources (publiques, syndicales ou privées…), les données socioprofessionnelles relatives à l’emploi et au travail dans les TIC sont souvent très différentes.
Le secteur des services informatiques, plus généralement des prestations intellectuelles, souffre d’une mauvaise image qui se justifie en raison de nombreux problèmes structurels (*) et qui entraine des problèmes d’attractivité de la filière. Aussi des changements s’imposent-ils notamment sur le plan réglementaire (meilleure réglementation de la sous-traitance de services).

2. Meilleure adaptation des formations professionnelles aux besoins du marché (rapprochement de l’offre et de la demande)

Une plus grande professionnalisation des formations initiales dans les TIC est nécessaire à partir notamment des principaux standards et outils (propriétaires comme libres) du marché.
Il existe par ailleurs de fortes inégalités en matière de formation professionnelle continue dans les TIC, l’offre accessible aux demandeurs d’emploi ayant peu de rapport avec celle proposée aux salariés des entreprises.
Cette inadéquation entre l’offre et la demande sur notre marché du travail est partiellement responsable des « difficultés de recrutement » dont se plaignent régulièrement les employeurs du secteur IT (SSII et éditeurs).
Il devient donc urgent de mettre en place en France un plan de soutien à la filière de formation professionnelle aux TIC co-financée par les pouvoirs publics (Etat et Collectivités territoriales).

Perspectives pour l’avenir de l’économie numérique en France en termes d’innovation technologique et de diversification des usages. La France pourra s’inspirer des exemples étrangers

La société de l’information exige une vision à long terme qui passe nécessairement par :

  • une approche plus valorisante et plus protectrice de nos industries du logiciel et de l’Internet
  • le développement de grands projets technologiques, si possible européens (partenariats public-privé)
  • et surtout les moyens d’aller vers une plus grande indépendance technologique dans le Vieux Continent pour ne plus continuer à “subir” l’emprise américaine (14 des 15 premiers éditeurs de logiciels au monde sont américains, de même que le système d’exploitation, la suite bureautique et le moteur de recherche les plus utilisés au monde…)

Selon les statistiques publiques (Unistatis/Assedic), l’industrie française du logiciel n’est plus créatrice d’emploi : le secteur (hors jeux électroniques) a même perdu plus de 500 emplois sur les six dernières années.
Le MUNCI considère que l’aide au financement et le soutien à l’international sont des approches nécessaires mais insuffisantes pour le développement de notre industrie du logiciel et notamment pour faire passer nos éditeurs du stade de la PME à celui de l’ETI.
L’Europe et la France, en effet, doivent faire preuve d’un plus grand réalisme politique et économique vis-à-vis des « prédateurs » américains (et maintenant asiatiques), dont les acquisitions et prises de participation dans les sociétés IT européennes augmentent chaque année, et qui s’efforcent constamment d’imposer leurs experts, organisations et protocoles dans la « gouvernance mondiale » des TIC.

L’Inde, la Russie, la Chine… développent actuellement (ou utilisent déjà) leur propre système d’exploitation et leur propre moteur de recherche.
Nous appelons notamment de nos vœux à la (re)création d’un consortium européen pour le développement d’un moteur de recherche textuel, sémantique et multimédia, financé et maintenu sur fonds publics européens (tel un « service public européen de l’internet »), dont les algorithmes d’indexation seraient définis par un comité d‘experts et rendus publics.

Les missions, l’organisation, le mode de gouvernance et d’interaction du Conseil national du numérique avec l’ensemble des acteurs publics et privés (Gouvernement, Parlement, autorités administratives indépendantes, syndicats professionnels et associations).

1. Il importe d’accorder toute leur place aux représentants de la Branche Logiciel, Conseil & Services Informatiques (plus de 400 000 salariés et indépendants), trop souvent “oubliés” par les pouvoirs publics en matière de gouvernance et de représentation des TIC.
Le Comité Stratégique de Filière STIC (présidé par le Ministre Eric Besson et co-présidés par MM. Guy Roussel et Christophe Ravier de la DGCIS) vient d’en faire lui-même la malheureuse démonstration avec une composition subjective (laissée étonnamment à la seule discrétion de ses co-présidents…) essentiellement axée sur les industries “hardware” du numérique et trop peu représentative de la filière dans son ensemble. De surcroit, un seul syndicaliste représentera les 350 000 salariés de la Branche…

2. Un secteur innovateur comme celui des TIC doit l’être également en terme de gouvernance et de “démocratie sociale” au sens large du terme :

  • il convient d’oublier les vieux schémas sclérosés de la société française où la représentativité se limite aux seules organisations syndicales historiques (salariat vs patronat) pour prendre en compte l’ensemble des acteurs réellement influents de la filière (et notamment les associations qui représentent le principal maillon entre la société civile et les pouvoirs publics…), si besoin est à travers un recensement “officiel” des organisations représentatives d’intérêt.
  • l’élaboration des politiques publiques devra se faire sur la base de nombreuses auditions et à la suite de consultations publiques (démocratie participative), des systèmes de sondages et de votes électroniques pourront également être mise en place (démocratie électronique)

(*) Liste non exhaustive :

  • Mensonge récurrent de la “pénurie d’informaticiens” et ses conséquences (secteur fortement cyclique),
  • Multiples dérives de la prestation de services et marchandisation à outrance des ressources humaines (détournement du lien de subordination et de l’encadrement des salariés détachés par les clients, sous-traitance en cascade sans valeur ajoutée, enchères inversées, prêt illicite de main d’œuvre/délit de marchandage…etc),
  • Problèmes fréquents d’éthique et de management (contournements du droit du travail, gestion du personnel substituée à la fonction RH par des commerciaux aux visions de rentabilité court-termistes, duperies aux clients…),
  • Salaires inférieurs aux salaires moyens des cadres (notamment par rapport aux informaticiens des DSI) avec faibles marges de progression et très forte individualisation,
  • Retards importants sur les plans de la RSE/GRH/GPEC (insuffisance des formations et de la gestion des compétences…),
  • Forte instabilité de l’emploi (taux de turnover record, nombreux licenciements et ruptures conventionnelles…),
  • Jeunisme record, accélération superflue des débuts de carrière et forte discrimination sur l’âge passé la 40aine,
  • Stress professionnel et horaires de travail souvent intenses, difficultés d’évaluation et de reconnaissance au travail,
  • Mobilité géographique souvent excessive notamment en régions (au détriment de la vie sociale et familiale),
  • Isolement des salariés détachés et très faible taux de syndicalisation dans les sociétés (environ 1%),
  • Délocalisations croissantes (mais souvent discrètes…) des services informatiques dans les pays à bas coûts,
  • Dumping social par une forte immigration économique et la libéralisation des services, les stages…etc.

Voir aussi :

Consultation publique sur les « contenus et usages numériques » des investissements d’avenir : la contribution du Munci


NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5/5(4.97 - 1 vote)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article