Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18

Conditions de travail des informaticiens étrangers en France (recrutement, salaires...)
par Regis [Munci], 09 Fév 2014, 10:28

L'offshore dans l'administration et les entreprises publiques
par Admin [Munci], 06 Oct 2013, 16:44


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

Vers une ré-internalisation de l'informatique ? (blog consultant finance, P. Bernard)
par escapetiger, 08 Juil 2017, 12:31

Les entreprises françaises peinent à recruter des cyberspécialistes (Syntec OPIIEC) LMI V. Arène
par gojul91, 07 Juil 2017, 21:39

Non, le code du travail n'est pas le premier frein à l'embauche !
par gojul91, 05 Juil 2017, 10:56

démissionner ou changer de client avec la même SSII
par senior developper, 01 Juil 2017, 13:46

[Linagora] Les méthodes brutales du PDG Alexandre Zapolsky, candidat LREM
par vincent-37, 19 Juin 2017, 23:13


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Directive européenne sur les services : le MUNCI répond à la consultation publique
Publié le 21 décembre 2010
Rubrique : ACTIONS, VIE DU MUNCI > Actions du Munci
Mots-clés : Directive EU services (ex.Bolkestein)
Nombre de visiteurs uniques : 2539 • Lien pérenne : https://munci.org/article1647.html


En tant qu’organisation professionnelle représentative d’intérêts enregistrée auprès de la Commission Européenne, le MUNCI a transmis à la Commission sa contribution dans le cadre de la consultation publique (qui s’est achevée hier) sur l’application de la Directive européenne sur les services.

MAJ 21.12.2010

Synthèse des contributions : voir en bas de cette page relative à la consultation

Registered organisation MUNCI N°xxxxxxxx, FRANCE.

Founded in 2003, MUNCI is the first professional association in France gathering all physical members of any IT branches (Information technology, Web, Telecom and other ICT) of any status (employee, freelancer, unemployed) and of any employer (software based services, software editors, consulting enterprises, others…)

Application de la “Directive Services” (2006/123/CE) au secteur des services informatiques (ICT/software based services)

Notre organisation professionnelle s’inquiète de l’application de la “Directive services” dans le secteur des prestations intellectuelles (services informatiques, formations…etc), avec mobilité de travailleur(s) étranger(s), en raison des risques persistants de dumping social et fiscal que nous constatons déjà depuis plusieurs années, tant en matière de détachement transnational des salariés que d’extension des “faux-indépendants”.

Notre inquiétude porte plus précisément sur les trois points suivants :

1. Le “principe du pays d’origine (PPO)” a-t-il vraiment disparu ?

Il est dit que “la présente directive ne s’applique pas au droit du travail, à savoir les dispositions légales ou contractuelles concernant les conditions d’emploi, les conditions de travail, y compris la santé et la sécurité au travail, et les relations entre les employeurs et les travailleurs, que les États membres appliquent conformément à leur législation nationale respectant le droit communautaire”.

OR : le texte de la Directive ne remplace pas explicitement le PPO par le droit du pays de destination… en effet, par rapport au texte initial de la Directive (dit “Bolkestein”), l’article 16 intitulé « Libre prestation de services » ne détermine plus si la règlementation qui s’applique au service doit être celle du pays de destination ou bien celle du pays d’origine appartenant à l’Union.

La Directive indique dans son article 3.2 qu’elle « s’applique sans préjudice du droit international privé, notamment le droit international privé régissant les liens d’obligation contractuels et non contractuels ». Or, dans le cas des contrats entre entreprises, le droit international privé laisse le libre choix du droit aux parties contractantes, et en général (en l’absence de choix explicite) c’est le droit du pays d’origine qui s’applique entre l’entreprise prestataire et son client…

Par conséquent, nous nous demandons si la directive (antérieure) 96/71/CE sur le détachement des travailleurs - qui précise que les prestataires doivent respecter les conditions d’emploi applicables dans l’État membre où le service est fourni pour leurs salariés détachés - continuera à être systématiquement appliquée.

La jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE) ne va malheureusement pas dans ce sens (cf. arrêts : Vicoplus du 10 février 2011, Viking du 11 décembre 2007, Laval du 18 décembre 2007, Rüffert du 3 avril 2008).

A lire :

2. Le problème des (faux-)indépendants

Nous rencontrons deux types d’abus dans notre secteur avec de vrais ou faux travailleurs indépendants étrangers :

a. Le dumping social par de “faux indépendants”

Des prestataires établis comme sociétés de service dans les nouveaux pays entrants “à bas coûts”, ou bien des filiales étrangères de nos sociétés de service (SSII) qui sont basées dans ces pays, présentent à nos clients donneurs d’ordre de présumés travailleurs indépendants qui sont en réalité salariés du prestataire dans leur pays d’origine.
Parfois, il s’agit aussi de vrais indépendants subordonnés au prestataire par une relation contractuelle de circonstance…

Ainsi, tous les dispositifs de protection des salariés contenus dans la directive 96/71 CE (qui ne s’applique qu’aux salariés et pas aux travailleurs indépendants) sont contournés et notamment le salaire minimum, ce qui permet à ces sociétés de services de facturer leurs “indépendants” aux clients donneurs d’ordre à des tarifs largement inférieurs à ceux du marché local.

Les définitions, particulièrement laxistes, de “prestataire” et de “personne morale” données dans la Directive ne risquent pas de clarifier ce genre de situations :

  • l’article 4 de la Directive indique qu’une simple « personne physique » peut être considérée comme « prestataire »…
  • la notion de “personne morale”, d’après les dispositions du traité relatives à l’établissement, laisse aux opérateurs le choix de la forme juridique qu’ils jugent appropriée pour l’exercice de leur activité (considération n°38)…

b. Le dumping fiscal par de vrais indépendants

Des prestataires s’établissent (ou sont déjà établis) comme travailleurs indépendants dans d’autres pays de l’Union où la fiscalité est plus avantageuse qu’en France tout en réalisant leurs prestations de services sur le marché français.

Pour les mêmes raisons (avantage fiscal), des sociétés de services se créent dans ces pays (notamment en Irlande et en Grande Bretagne), par exemple sur le modèle français du “portage salarial”, afin de faire bénéficier leurs employés-prestataires basés en France d’une rémunération plus attractive que leurs homologues salariés des sociétés de portage établies en France.

Voir :

La Directive ne prévoit rien, malheureusement, dans le sens de l’harmonisation sociale et fiscale des pays de l’Union.

Certes, la Directive prévoit que :
“(87) (…) la présente directive ne devrait pas affecter le droit pour l’État membre dans lequel le service est fourni de déterminer s’il existe une relation de travail et d’établir une distinction entre les personnes non salariées et les personnes salariées, y compris les”faux indépendants“. À cet égard, la caractéristique essentielle de la relation de travail au sens de l’article 39 du traité devrait être la circonstance qu’une personne accomplit pendant un certain temps, pour le compte d’une autre et sous la direction de celle-ci, des prestations en contrepartie desquelles elle reçoit une rémunération. Toute activité qu’une personne exerce hors d’un lien de subordination doit être qualifiée d’activité non salariée aux fins des articles 43 et 49 du traité.”

Mais cette définition est insuffisante pour caractériser la notion de faux-indépendant et plus généralement de fausse sous-traitance.

3. Obstacles à l’obligation de contrôle ?

Imposée par la directive 96/71/CE, la coopération entre Etats membres pour garantir une protection adéquate des salariés détachés sur le territoire de l’Union européenne a déjà été jugée insuffisante par la Commission, suscitant dès lors un mouvement important de négociation d’accords bilatéraux par les Etats.
En effet :

La présente Directive ne va pas dans le sens d’un renforcement de ces contrôles.

En effet, le 4. de l’article 31 (Chapitre VI : Coopération administrative) de la présente Directive précise que :

“4. De leur propre initiative, les autorités compétentes de l’État membre où le service est fourni ne peuvent procéder à des vérifications, inspections et enquêtes sur place que si ces dernières sont non-discriminatoires, ne sont pas motivées par le fait qu’il s’agit d’un prestataire ayant son établissement dans un autre État membre et sont proportionnées.”

Ainsi, en cas de soupçon pesant par exemple sur la situation d’un prestataire visé au paragraphe 2.1 qui précède (à savoir un faux-indépendant missionné depuis l’un des nouveaux pays entrants à bas coûts), il pourra être opposé une fin de non-recevoir aux demandes d’enquêtes formulées par les autorités du pays où le service est fourni auprès des autorités du pays d’établissement sous simple prétexte que les vérifications demandées ne sont pas motivées par une raison “légitime” (comprendre : une raison motivée par le fait autre qu’il s’agisse d’un prestataire ayant son établissement dans l’un des nouveaux pays entrants à bas coûts…).


NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5/5(5 - 4 votes)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article