Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Concours d'Etat "Ingénieur des systèmes d'information et de communication" (pour les Ministères)
par Admin [Munci], 30 Aoû 2016, 21:03

Enquête nationale LMI-CIO : « Quel informaticien êtes-vous ? »
par Admin [Munci], 20 Juin 2016, 20:05

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18

Conditions de travail des informaticiens étrangers en France (recrutement, salaires...)
par Regis [Munci], 09 Fév 2014, 10:28

L'offshore dans l'administration et les entreprises publiques
par Admin [Munci], 06 Oct 2013, 16:44


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

Paris veut former 2 000 développeurs par an d'ici 2020 (LMI, V. Arène)
par Morpheus, 25 Mai 2017, 10:34

"La France ne forme pas assez d'ingénieurs, ni de techniciens" (DGSE, Le Parisien)
par Morpheus, 25 Mai 2017, 10:03

Nantes: Il réclame un ministre du Code et de la Data à Emmanuel Macron
par doc911, 17 Mai 2017, 22:01

Sondage/Questionnaire Mémoire sur l'intermission en ESN/SSII
par Chocothunder, 11 Mai 2017, 16:08

Articles 32 de la loi du 24 juillet 1987 sur le travail temporaire
par Ricardo1978, 11 Mai 2017, 09:59


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Evolution du chômage des informaticiens (sources : Dares-Pôle emploi, Insee)
Publié le 4 novembre 2008, mis à jour le 18 juillet 2013
Rubrique : DOSSIERS, POSITIONS > Emploi, marché du Travail
Mots-clés : Chômage des informaticiens / Chiffres publics de l’emploi IT (numérique) / Dares / Insee / Pôle-emploi
Nombre de visiteurs uniques : 26779 • Lien pérenne : https://munci.org/article1400.html


Depuis novembre 2004, le nombre des demandeurs d’emploi en informatique diminuait chaque mois.
Ce nombre est reparti à la hausse entre l’été 2008 et fin 2009 (“crise 1.0”), avec un quasi-doublement sur cette période (ce qui n’est pas sans rappeler le triplement du chômage des informaticiens pendant la précédente crise de 2001-2003) !
De début 2010 à l’été 2011, la situation s’est améliorée doucement avec la reprise des recrutements… avant de se dégrader à nouveau depuis le début de la “crise 2.0”.

2013

18.07.2013 (chiffres de fin-mars 2013) :

Lire au préalable notre article :
LE CHOMAGE DES INFORMATICIENS NETTEMENT SOUS-EVALUE DEPUIS DES ANNEES !

Les nouveaux chiffres trimestriels du nombre de demandeurs d’emploi par familles professionnelles (FAP) viennent d’être communiqués par la DARES, source : le marché du travail par métiers.
Le fichier XLS à prendre en compte est “Les données brutes sur le marché du travail par métiers en FAP 2009”.

Évolutions par niveaux de qualification (feuillet Familles professionnelles) :

  • Cadres et ingénieurs en informatique-télécoms (bac+4/bac+5) :
    21 347 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D3128) dont 18 017 inscrits cat.A (cellule E3128) fin mars 2013
    21 092 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D3127) dont 17 807 inscrits cat.A (cellule E3127) fin déc. 2012
    18 138 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D3124) dont 15 060 inscrits cat.A (cellule E3124) fin mars 2012
    … soit une hausse d’environ 1.2% sur le trimestre et de 17,7% sur les 12 derniers mois.
  • Techniciens de l’informatique-télécoms (bac+2/bac+3) :
    29 019 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D3063) dont 22 863 inscrits cat.A (cellule E3063) fin mars 2013
    28 838 demandeurs d’emploi inscrits cat.ABC (cellule D3062) dont 22 385 inscrits cat.A (cellule E3062) fin déc. 2012
    26 717 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D3059) dont 20 694 inscrits cat.A (cellule E3059) fin mars 2012
    … soit une hausse d’environ 0.6% sur le trimestre et de 8,6% sur les 12 derniers mois.
  • Employés et opérateurs de l’informatique-télécoms (bac/bac+1) :
    6 744 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D2998) dont 5 486 inscrits cat.A (cellule E2998) fin mars 2013
    6 889 demandeurs d’emploi inscrits cat.ABC (cellule D2997) dont 5 509 inscrits cat.A (cellule E2997) fin déc. 2012
    5 931 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D2994) dont 4 689 inscrits cat.A (cellule E2994) fin mars 2012
    … soit une baisse d’environ 2.1% sur le trimestre et une hausse de 13,7% sur les 12 derniers mois.

Évolution globale sur le 1er trimestre 2013 (feuillet Domaines professionnels) :
57 110 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D723) dont 46 382 inscrits cat.A (cellule E723) fin mars 2013
56 819 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D722) dont 45 701 inscrits cat.A (cellule E722) fin déc. 2012
50 786 demandeurs d’emploi inscrits en cat.ABC (cellule D719) dont 40 443 inscrits cat.A (cellule E719) fin mars 2012
… soit une hausse d’environ 0.5% sur le trimestre et de 12,4% sur les 12 derniers mois.
(évolution moyenne du chômage en France : +1.4% sur le trimestre et +9.8% sur les 12 derniers mois)

Taux moyen de demandeurs d’emploi sur l’ensemble de la FAP Informatique-télécoms : 9.8% cat.ABC et 8% cat.A
(base Insee : environ 582 000 salariés public/privé et demandeurs d’emploi IT)
Par niveaux de qualification :
5,9% cat.ABC et 5% cat.A pour les cadres et ingénieurs IT (base Insee : environ 362 000),
17% cat.ABC et 13.6% cat.A pour les techniciens IT (base Insee : environ 168 000),
17% cat.ABC et 13.7% cat.A pour les employés et opérateurs IT (base Insee : environ 40 000).

CONCLUSION : le chômage continue à progresser dans l’informatique au 1er trimestre 2013, et plus particulièrement chez les cadres & ingénieurs.
Ce constat implacable s’oppose une fois de plus aux discours trompeurs des principaux lobbies et employeurs de l’économie numérique…
Il contredit également l’annonce d’une baisse du chômage dans nos professions depuis le début de l’année (signalée à plusieurs reprises dans la presse : lien1, lien2, lien3), en raison de la prise en compte d’une source incomplète (codes ROME “Systèmes d’information et de communication”) sous-estimant le nombre total des demandeurs d’emploi de nos professions.

Revue de presse :

2012

31.01.2013 (chiffres de fin-décembre 2012) :

Demandeurs d’emploi en informatique/télécoms fin-2012 (derniers chiffres Dares/Pôle-emploi, onglets Métier_V3_A et Métier_V3_ABC / colonne “systèmes d’information et de communication”) :

  • Cat. A (chômeurs sans aucune activité) : 30 000 (+800 sur le dernier trimestre 2012)
  • Cat. ABC (inclue chômeurs en formation ou ayant une activité réduite) : 36 500 (+1000 sur le dernier trimestre 2012)

Taux de chômage de la profession : entre 5,5% (cat. A) et 6,6% (cat. ABC)
(sur la base de 549 000 salariés et demandeurs d’emploi en informatique/télécoms, sources Insee 3e trim. 2012 : voir page 7 de ce pdf).

Il existe des signes encourageants avec notamment la stagnation du nombre de demandeurs d’emploi en informatique ces deux derniers mois, qui fait suite à une envolée du chômage dans nos professions depuis le mois de mai 2012.

A lire : Bilan de l’emploi informatique en 2012 et prévisions 2013.


24.10.2012 (chiffres de fin-septembre2012) :

Nouvelle forte hausse du chômage des informaticiens en septembre 2012 (source) : +1400 chômeurs cat. ABC (soit +4.1% ) et +800 chômeurs cat. A (soit +2.8%).
En comparaison de la hausse de 1.6% sur l’ensemble du marché du travail, nous constatons une nouvelle fois que le chômage des informaticiens augmente deux à trois fois plus vite que le reste du marché du travail en période de crise…
Nous arrivons à un total de 29 200 chômeurs cat. A et 35 500 chômeurs cat. ABC, ce qui correspond à un taux de chômage de 6,5% dans nos professions (dernière base Insee : 550 000 informaticiens).
Ces chiffres sont de très mauvaise augure pour les mois à venir car ils signifient (comme nous le craignions les mois précédents) que beaucoup de nouveaux arrivants sur le marché du travail depuis juin 2012 n’ont pas été absorbés par les recrutements de la rentrée…
L’inflexion est bien réelle sur notre marché du travail depuis le mois de mai 2012 et nul ne sait jusqu’à quand le chômage continuera à augmenter dans nos professions (pour rappel, le triste record date de décembre 2003 avec 49 000 chômeurs en informatique et un taux de chômage de 11% dans la profession)…
Il faut remonter au début de l’année 2006 pour retrouver un tel niveau de chômage dans nos professions.
A lire aussi : L’informatique en tête de liste de la contraction de l’embauche des cadres.


01.08.2012 (chiffres de fin-juin 2012) :

Après une légère baisse durant le 1er trimestre 2012, on note un point d’inflexion au mois de mai 2012 et un début de remontée du chômage dans nos professions au mois de juin 2012 pour arriver à :

  • 25 500 demandeurs d’emploi (+ 100) en Cat. A
  • 31 700 demandeurs d’emploi (+ 300) en Cat. A.B.C (soit environ 6% de taux de chômage dans la profession)
    (source : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/x&hellip ;)

    La période estivale devrait connaitre, comme chaque année, une hausse sensible des demandeurs d’emploi en raison de l’inscription massive à Pôle Emploi des jeunes diplômés.

    Pour le moment, le chômage des informaticiens est donc encore en baisse depuis le début de l’année (ce qui est une prouesse dans le contexte économique actuel…) mais nous craignons malheureusement que la hausse s’amplifie dans les mois à venir. Toutefois, l’informatique pourrait être l’un des premiers secteur à repartir en cas de reprise économique.

    Revue de presse :
  • Emploi : résistance en trompe l’œil du secteur informatique face à la montée du chômage (LeMagIT)


    01.03.2012 (chiffres de fin-janvier 2012) :

    Petite remontée du chômage des informaticiens en ce début d’année 2012 :
  • 26 300 demandeurs d’emploi (+400) en Cat. A
  • 32 300 demandeurs d’emploi (+100) en Cat A.B.C
    (source : http://www.travail-emploi-sante.gou&hellip ;)

    Ces chiffres nous ramènent à la situation de l’emploi début 2011.

    A propos des prévisions de l’APEC pour l’année 2012 :
    Dans son enquête sur les recrutements de cadres en 2012 (Panel Apec entreprises 2012), l’Apec prévoit entre 26.700 et 35.000 recrutements de cadres dans la fonction informatique. La fourchette, qui va donc de -16% à +13%, traduit bien l’incertitude quant à la santé du marché de l’emploi en 2012…

    Rappelons que :

  • Début 2011, l’Apec prévoyait de 29 000 à 32 000 recrutements de cadres informaticiens pour 2011 et ce sont finalement 29 839 recrutements qui ont été réalisés : bingo !
  • Début 2010, l’Apec prévoyait de 21 800 à 24 000 recrutements de cadres informaticiens pour 2010 et ce sont finalement 27 150 recrutements qui ont été réalisés : erreur de prévision de +13% !
  • Début 2009, l’Apec prévoyait de 28 000 à 30 500 recrutements de cadres informaticiens pour 2009 et ce sont finalement 21 700 recrutements qui ont été réalisés : erreur de prévision de -27% !
  • Début 2008, l’Apec prévoyait de 36 000 à 40 000 recrutements de cadres informaticiens pour 2008 et ce sont finalement 28 500 recrutements qui ont été réalisés : erreur de prévision de -25% !
    (à lire pour 2008-2009 : Panel Apec entreprise 2010 (informatique) : peut-on encore se fier aux prévisions de l’Apec ?)

    Ainsi, sur les 4 dernières années, les prévisions de l’Apec se sont avérées exactes… une seule fois.
    Rappelons que celles-ci proviennent des estimations de recrutement des employeurs, à savoir principalement les SSII dont la visibilité commerciale et donc la visibilité sur l’emploi ne dépasse pas les 6 mois en moyenne, surtout en période d’incertitudes économiques…

    Presse :
  • Le chômage des informaticiens ne veut pas baisser (01net)
  • Emploi : la profonde incertitude sur les recrutements d’informaticiens en 2012 (zdnet)
  • De grandes incertitudes planent sur l’emploi cadre (01net)
  • A LIRE : Bilan de l’année 2011 : Le chômage des informaticiens est resté quasi-stable en 2011

2011

30.11.2011 :

Comme le MUNCI l’anticipait le mois dernier, le chômage des informaticiens poursuit sa remontée :

Comme on s’y attendait (cf. ci-dessous), le chômage des informaticiens a connu, en août, une deuxième hausse après une série de neuf mois de baisse consécutifs. Le nombre d’inscrits à Pôle emploi, toutes catégories confondues (A, B, C), s’établit à 31 400, soit 1 000 demandeurs d’emploi de plus en un mois (+ 3,2 %), ce qui représente un taux de chômage d’environ 6,3% dans la profession.

Sources : Dares Pole-emploi.
Presse : 01net


01.08.2011 :

Bilan à la mi-2011 :

Demandeurs d’emploi en informatique (derniers chiffres Dares/Pôle-emploi, onglet Métier_V3_ABC / colonne “systèmes d’information et de communication”) :

  • Cat. ABC : 29 700
    … soit -3000 chômeurs cat. ABC depuis début 2011
  • Cat. A : 23 400
    … soit -2900 chômeurs cat. A depuis début 2011

Taux de chômage de la profession : entre 4,5% (cat.A) et 5.8% (cat.ABC)
(sur la base de 516 000 salariés et demandeurs d’emploi en informatique, sources Insee 2011 : voir page 7 de ce pdf)

Tensions sur le marché du travail (Dares Analyses - Indicateurs 1er trimestre 2011, voir tableau page 7) :
Informatique : 0,71 offres par demandeur d’emploi (moyenne secteur tertiaire : 0,61 / moyenne tous secteurs confondus : 0,58)

La période estivale devrait connaitre une hausse saisonnière des demandeurs d’emploi comme on l’observe sans exception depuis de nombreuses années.
Il faudra attendre les chiffres de septembre (donc fin octobre) pour savoir si la reprise se poursuit dans le secteur, ou bien si celle-ci marque un coup d’arrêt en raison des nouvelles inquiétudes macro-économiques.


01.02.2011 :

Bilan année 2010 et prévisions 2011 :

Demandeurs d’emploi en informatique (fin 2010) (derniers chiffres Dares/Pôle-emploi, onglet Métier_V3_ABC / colonne “systèmes d’information et de communication”) :

  • Cat. ABC :
    dec 2009 : 33 700
    dec 2010 : 32 700
    … soit -1000 chômeurs cat. ABC (-3%) sur l’année 2010
  • Cat. A :
    dec 2009 : 28 100
    dec 2010 : 26 300
    … soit -1400 chômeurs cat. A (-5%) sur l’année 2010

Taux de chômage de la profession (fin 2010) : entre 5,1% (cat.A) et 6.3% (cat.ABC)
(sur la base de 516 000 salariés et demandeurs d’emploi en informatique, sources Insee fin 2010 : voir page 7 de ce pdf)

Taux de chômage moyen des cadres (fin 2010) (source : Apec Note 2e trimestre 2011) : 3.9%, soit -0.1% sur 2010.

La comparaison avec l’ensemble du marché du travail s’avère positive pour les cadres et pour nos professions en particulier : le chômage a augmenté de 3% (cat.A) en France en 2010 tous secteurs confondus.

Tensions sur le marché du travail (Dares Analyses - Indicateurs 1er trimestre 2011) :
Tableau page 7 :
Informatique : 0,57 offres par demandeur d’emploi (moyenne secteur tertiaire : 0,54 / moyenne tous secteurs confondus : 0,57)

Créations d’emploi nettes et effectifs des services informatiques : (chiffres semi-définitifs Pôle-emploi/Unistatis) :

  • fin 2009 : 357 345 salariés
  • fin 2010 : les effectifs (et donc les créations nettes d’emplois) seront connus en aout 2011…

Chiffres Apec :

  • Offres d’emploi de cadres informaticiens diffusées en 2010 : 100 992
  • Recrutements de cadres informaticiens en 2010 : 26 500 (21.700 en 2009)
  • Recrutements de cadres informaticiens prévus en 2011 : 29 000 à 32 000
  • Recrutements de cadres dans les SSII prévus en 2011 : 31 000

Chiffres Syntec numérique :

  • Recrutements réalisés en 2010 : 33 500
  • Créations nettes d’emploi en 2010 : 4000
  • Recrutements prévus en 2011 : 40 000, dont 31 000 cadres
  • Créations nettes d’emploi prévues en 2011 : 10 000

Prévisions de recrutements 2011 selon Pôle-emploi (enquête BMO 2011) :

  • Ingénieurs, cadres études & R&D informatique, responsables informatiques : 28 850
  • Techniciens d’études et développ. informatique (y.c. webmasters, programmeurs…) : 6 821

Revue de presse (prévisions Apec & Syntec numérique) :

2010

26.10.2010 :

Nouvelle un petit peu inquiétante sur le front de l’emploi informatique : le chômage des informaticiens a poursuivi sa hausse au mois de septembre 2010 (après avoir déjà enregistré une hausse saisonnière aux mois de juillet et aout, comme cela a toujours le cas les années précédentes).
Plus précisément, c’est le stock des demandeurs d’emploi cat A.B.C (toutes catégories) qui est reparti à la hausse : +700 par rapport à fin août, soit un total de 33 600 demandeurs d’emploi en informatique.
Le stock des demandeurs d’emploi cat. A est resté stable quant à lui avec un total de 27 400 demandeurs d’emploi en informatique.
A titre de comparaison, le chômage en France a grimpé de 0,2% au cours de ce mois de septembre.

Pour le Munci, la reprise actuelle du marché reste encore fragile et pourrait même déjà montrer ses premiers signes d’essoufflement (voir notre commentaire du 28.07.2010 ci-dessous…) : en effet, d’après la dernière note conjoncturelle de l’Insee, dans le secteur de l’information et la communication (dominé par les activités de services informatiques), “l’activité a poursuivi son amélioration sur la période récente. Toutefois, elle ralentirait fortement dans les prochains mois. Les entrepreneurs revoient pourtant à hausse leurs prévisions de demande, mais ils restent assez pessimistes.”

Revue de presse :

“Après sept mois de baisse consécutifs, le chômage des informaticiens a progressé de 2,3 % en juillet. Un chiffre à contre-courant de celui du nombre de demandeurs d’emploi toutes fonctions confondues, qui diminue, lui, de 0,5 %. Pour ce mois, Pôle emploi a enregistré 26 100 inscrits (en catégorie A) dans le domaine des systèmes d’information et télécommunications. Soit 600 de plus qu’en juin.”

Revue de presse :

Commentaire MUNCI :
Cette légère hausse du chômage dans nos professions est observée chaque année aux mois de juillet et août.
Sauf remontée du chômage en septembre (voir commentaire ci-dessous), nous privilégions donc pour le moment un simple phénomène saisonnier.


28.07.2010 :

Après avoir atteint un plus haut en 17 mois en fin d’année 2009 (avec 28 500 demandeurs d’emploi inscrits en Cat.A et 36 300 en Cat.A+B+C, soit une progression de près de 100% par rapport aux 14 800 chômeurs recensés dans la profession en juin 2008 !), le chômage des informaticiens est reparti à la baisse depuis le début de l’année à contre-courant de la tendance générale (+ 46 000 chômeurs en France sur les six premiers mois de l’année).

En fin de 1er semestre 2010, on dénombre désormais :

  • 25 500 demandeurs d’emploi en “systèmes d’information et de télécommunication” en Cat.A
  • 31 500 en Cat.A+B+C
    (sources : Dares)

Cette baisse (- 10,2% sur le 1er semestre) est de bonne augure pour la profession, dans la mesure où elle traduit un phénomène nouveau dans le comportement de nos recruteurs et dans les cycles d’investissement des services informatiques.
Jusqu’ici en effet, la reprise des recrutements était consécutive à celle de la croissance et des investissements en logiciels & services, avec un décalage d’au moins six mois.
Il semble à présent que les SSII aient choisi, au contraire, d’anticiper le retour de la croissance annoncée pour le second semestre, probablement de peur d’être confrontées à des “difficultés de recrutement” dans les mois à venir.

Toutefois, si la croissance n’est pas rapidement au rendez-vous, un retournement du marché serait malheureusement à craindre d’ici quelques mois, avec des conséquences tragiques sur le front de l’emploi…
Ce n’est pas l’hypothèse que nous privilégions, mais le contexte macroéconomique est suffisamment incertain pour rester très prudent d’ici la fin de l’année.


Revue de presse :

Voir : Emploi IT : 2009 “annus horribilis” pour les informaticiens

Revue de presse :

Concernant le changement de périmètre des demandeurs d’emplois en informatique (désormais classés par Pôle-emploi parmi les demandeurs d’emploi en “Systèmes d’information et de communication”), la raison est expliquée ici : Codes Rome des métiers du numérique (informatique-télécoms, web-multimédia).
L’impact sur la fiabilité des nouveaux chiffres demeure relativement faible.

2009

01.11.2009 :

Nouvelle hausse du nombre d’informaticiens au chômage au mois de septembre 2009 par rapport au mois précédent : +3,6 % (sources Dares).
Il s’agit de la 15e hausse mensuelle continue depuis l’été 2008.

Plus précisément, à fin septembre 2009 :
Dans la catégorie A (sans emploi), on comptait 28 900 informaticiens en recherche d’emploi contre 27 900 le mois précédent (+ 1000 inscrits), soit un taux de chômage de 5,6 % (sur la base des 515 000 informaticiens salariés et demandeurs d’emploi dénombrés par l’Insee).
En incluant les catégories B et C (demandeurs d’emploi ayant une activité réduite), la proportion d’informaticiens au chômage s’élevait à 34 100 demandeurs d’emploi, contre 32 400 le mois précédent (+ 1 700 inscrits), soit un taux de chômage de 6,3% pour l’ensemble de la profession.

La hausse du nombre de demandeurs d’emploi en informatique est de +48 % en un an, à comparer à celle de +25,1% pour l’ensemble du marché du travail sur la même période.

Revue de presse :


01.10.2009 :

Nouvelle hausse du nombre d’informaticiens au chômage au mois d’aout 2009 par rapport au mois de juillet : +7,72 % / +2000 demandeurs d’emplois cat.A (sources Dares).

Plus précisément :
Dans la catégorie A (sans emploi), on compte désormais 27 900 informaticiens en recherche d’emploi contre 25 900 le mois précédent (+ 2000 inscrits).
En incluant les catégories B et C (demandeurs d’emploi ayant une activité réduite), la proportion d’informaticiens au chômage s’élevait à 32 400 en aout dernier, contre 30 700 en juillet 2009 (+ 1 700 inscrits).

Sur les 18 100 nouveaux chômeurs en France, 11% sont donc des informaticiens !!

Désormais, environ 5,6 % des informaticiens sont au chômage en France, une hausse de +45 % en un an quand, pour l’ensemble de l’économie, le nombre total de demandeurs d’emploi progresse lui de 25,8% !
Le chômage progresse donc 2 fois plus vite dans l’informatique que sur l’ensemble du marché du travail…

Face à la remontée rapide du chômage dans nos professions et au développement de l’offshore, le MUNCI n’entend pas rester les bras croisés (comme les syndicats traditionnels…).
Nous ferons connaitre prochainement nos actions pour défendre l’emploi IT en France, avec notamment le lancement d’une grande campagne de communication auprès de la classe politique et de la communauté informaticienne, ainsi que l’organisation d’une manifestation nationale.

Revue de presse :


01.09.2009 :

14% des nouveaux chômeurs en France sont des informaticiens !

Au mois de juillet 2009, le nombre de demandeurs d’emploi en informatique a progressé de 6,15% par rapport au mois précédent, avec une hausse de 1500 chômeurs dans la profession.
Sur les 10 700 demandeurs d’emploi supplémentaires en France, 14 % de ces nouveaux chômeurs sont donc des informaticiens !

Plus précisément :
Dans la catégorie A (sans emploi), on compte désormais 25 900 informaticiens en recherche d’emploi contre 24 400 le mois précédent (+ 1 500 inscrits).
En incluant les catégories B et C (demandeurs d’emploi ayant une activité réduite), la proportion d’informaticiens s’élevait à 30 700 en juillet dernier, contre 29 200 en juin 2009 (+ 1 500 inscrits).

Revue de presse :


01.08.2009 :

Hausse de +4% du nombre de demandeurs d’emploi en informatique (soit +300 inscrits en cat. A), qui s’élève fin juin 2009 à 24
400 chômeurs
.

Toute catégories confondues (Cat A+B+C), le nombre total de demandeurs d’emploi en informatique s’élève fin juin 2009 à 29 200 chômeurs (+400 inscrits par rapport au mois précédent).
Rapporté aux 515 000 salariés et demandeurs d’emplois de la profession, ceci représente un taux de chômage sectoriel d’environ 5.7%.

Inversement, au niveau national, le nombre total de demandeurs d’emplois a connu une baisse (technique) de 18 600 inscrits (cat. A) par rapport au mois précédent…

Source : Dares/Pôle emploi (voir ce fichier Excel : onglets Metier A & Metier ABC, colonne AA professionnels informatiques).

A LIRE AUSSI :


01.07.2009 :

Forte hausse de +6% du nombre de demandeurs d’emploi en informatique (soit +700 inscrits en cat. A), qui s’élève fin mai 2009 à 24 100 chômeurs.

Revue de presse :
Toujours plus d’informaticiens au chômage en mai et les nuages s’amoncellent (LeMagIT)


01.06.2009 :

Après 3 mois d’absence, les chiffres du chômage des informaticiens sont à nouveaux disponibles !
La Dares recense, fin avril 2009, 23 400 demandeurs d’emploi en informatique cat. A et 28 100 toutes catégories (A+B+C).
Voir ce fichier Excel (onglets Metier A & Metier ABC / colonne AA : professionnels informatiques).

Cela fait désormais 10 mois que la hausse se poursuit.
Néanmoins, cette hausse reste relativement mesurée en volume (“seulement” 6000 inscrits cat.1 supplémentaires depuis juillet 2008), ce qui est plutôt encourageant dans le contexte actuel.
En pourcentage, toutefois, la hausse s’élève à +34%, soit une progression supérieure à celle constatée sur l’ensemble du marché du travail pour la même période…

Si la hausse se poursuit dans les prochains mois (cas le plus probable) et dépasse le chiffre symbolique des 25 000 demandeurs d’emplois, soit un taux de chômage sectoriel d’environ 5% (supérieur au taux de chômage structurel et incompressible d’environ 3-4% qui correspond à un marché de plein emploi), le MUNCI lancera une campagne de sensibilisation auprès de la presse, des pouvoirs publics et des responsables politiques avec pour thèmes principaux :

A noter qu’en mai 99, il y a 10 ans, le nombre de demandeurs d’emploi en informatique était à son niveau historique le plus bas avec 14 000 demandeurs d’emplois.

Revue de presse :


28.04.2009 :

Toujours pas de données sectorielles ce mois-ci !!
Jointe par téléphone, la Dares nous a expliqué qu’elle sera à nouveau en mesure d’afficher les séries par code ROME d’ici le mois prochain…

A lire : Emploi : 5 % des informaticiens au chômage dès le mois de juin ? (LeMagIt, 28.04.2009)


30.03.2009 :

Pas de données sectorielles ce mois-ci !
(suite à la nouvelle présentation des chiffres du chômage en France…)
La Dares annonce qu’elle diffusera à nouveau les séries ROME en principe le mois prochain :
“La série des demandeurs d’emploi par ROME avec les dernières données est momentanément indisponible. La présentation du nombre de demandeurs d’emploi a été profondément réorganisée et enrichie pour la parution du 25 mars. (Voir dossier de presse).”

A lire : Plus d’informaticiens au chômage en février… mais on ne saura pas combien (LeMagIt, 26.03.2009)


26.02.2009 :

Accélération de la hausse du chômage des informaticiens au mois de janvier 2009 (7e hausse mensuelle consécutive) : 21 821 demandeurs d’emplois inscrits cat.1 (un millier de chômeurs supplémentaire par rapport au mois précédent), soit une hausse d’environ 4,7% supérieure à celle constatée sur l’ensemble du marché du travail (+ 4.3%).
Depuis son plus bas au mois de juin 2008, le chômage des informaticiens a progressé d’environ +25% en 6 mois, soit une progression supérieure à celle constatée sur l’ensemble du marché du travail.

Un chiffre mauvais et surtout inquiétant en ce début d’année car il semble indiquer que les budgets IT 2009 sont bel et bien réduits dans beaucoup d’entreprises et donc les recrutements gelés en conséquence…
Nous redoutons à présent que le scénario pessimiste N°1 décrit ci-dessous (cf. 02.12.2008) soit celui qui se produise en 2009.
Les 2 prochains mois seront déterminants pour mieux évaluer la tendance de l’emploi IT en 2009.
Si la tendance demeure malheureusement aussi négative que nous le craignons, nous lancerons bientôt notre “plan de bataille” pour la défense de l’emploi IT en France dont les premières lignes ont été esquissées plus bas (cf. ci-dessous, 04.11.2008).

Sur le terrain, le MUNCI observe une hausse des licenciements, encore assez mesurée pour le moment, et surtout de nombreuses ruptures de période d’essai qui dénotent une fois de plus la médiocrité des politiques RH, type “stop and go” (en l’occurrence ca serait plutôt du “go and stop” !), dans de nombreuses SSII pour lesquelles la visibilité sur le marché ne dépasse pas quelques mois…
Ruptures très généralement illicites car fondées évidemment sur des critères économiques et non sur des critères d’évaluation professionnelle.

Nous appelons les demandeurs d’emplois à nous contacter pour accorder au MUNCI un peu de leur temps libre : les projets et les activités ne manquent pas… c’est la participation (bénévole) de nos membres qui fait défaut !

Revue de presse :


01.02.2009 :

Sixième hausse mensuelle consécutive du nombre de demandeurs d’emploi en informatique : +2,4% (environ 500 demandeurs d’emploi cat.1 supplémentaires), soit 20 845 demandeurs d’emploi cat.1 fin décembre 2008.

L’année 2008 se solde par une hausse de 3.5% du nombre de demandeurs d’emploi en informatique (+ 723 inscrits en cat.1), et ce après plusieurs années de baisse. Cette hausse reste toutefois largement inférieure à celle de +11.4% de demandeurs d’emploi sur l’ensemble du marché du travail français en 2008.

Par ailleurs, selon le panel entreprises 2009 de l’Apec, les recrutements de cadres dans la fonction Informatique ont diminué de 26%.
Nos tableaux de compilation des offres d’emplois et prestations en informatique montrent quant à eux une baisse généralisée de la demande en 2008 par rapport à 2007 sur les principaux canaux de recrutement (Anpe, LesJeudis, Reseau-emploi) et de prestations (Hitechpros), à une exception notable (et surtout paradoxale au vue de ce qui précède…) : celle de l’Apec (+ 21% d’offres en 2008)… au point que l’on peut penser que le site de l’Apec est “devenu” le jobboard-leader des offres d’emploi « fictives » (non suivies d’un recrutement) en informatique.
(Voir à ce sujet notre dossier de suivi du chômage des informaticiens).

On signale actuellement une forte remontée des taux d’intercontrat dans les SSII qui fait craindre malheureusement le pire pour les mois à venir.
Nous voulons rappeler aux informaticiens victimes de licenciements (économiques ou pour motif personnel…) qu’il est TRÈS IMPORTANT d’obtenir leur témoignage dans notre forum spécial Licenciements.
Le Munci, avec son partenaire syndical le Specis/UNSA, est déterminé à agir pour ne pas voir se reproduire les mêmes pratiques abusives rencontrées massivement au cours des années 2002 à 2004, encore faut-il que l’information nous parvienne…

Revue de presse :


01.01.2009 :

La hausse du chômage des informaticiens se poursuit en novembre 2008 (20 350 demandeurs d’emplois en informatique cat.1) mais sur un rythme particulièrement faible (+ 185 inscrits, soit une hausse inférieure à 1% par rapport au mois précédent).
Ceci est de bonne augure en comparaison du bond de 3,2% (+64.000) du nombre de demandeurs d’emplois (cat.1) sur l’ensemble du marché du travail au cours de la même période.
L’évolution semble donc correspondre au scénario 1 décrit ci-dessous, mais il convient de rester prudent car tous les observateurs s’accordent à dire que les SSII ne subiront réellement le contrecoup de la crise qu’à partir du 2e trimestre 2009…

En ce qui concerne les offres d’emploi, nous observons une baisse moyenne d’environ 20% à 30% des offres d’emploi sur plusieurs sites de recrutement importants (anpe, apec, lesjeudis.com et reseau-emploi.com) par rapport à la même période l’an dernier.
Mais rappelons que le volume des offres est un facteur peu significatif, car même en période de crise, les SSII continuent à diffuser beaucoup d’offres d’emploi (une bonne partie étant considérée comme “fictives”), à recevoir régulièrement les candidats et stocker leurs CV…

Rappelons enfin que nous anticipons une récession du secteur en 2009. Nous l’espérons inférieure à 5% mais cela pourrait aller au-delà en cas de dépression économique en Europe et aux États-Unis.
En soi, une récession mineure et de courte durée n’est pas forcément préoccupante après un CA sectoriel aussi élevé que celui de 2008, néanmoins les conséquences sur l’emploi peuvent être redoutables si l’on se souvient des deux dernières années de récession dans notre secteur (-3% en 2002 et -5% en 2003 => 25 000 emplois perdus).
Toutefois, les causes n’étant pas du tout les mêmes qu’en 2002, les conséquences ne seront pas forcément les mêmes non plus.

Des sondages sur les effets de la crise sur l’emploi IT vous sont proposés sur nos forums de discussion (après enregistrement).

Revue de presse :

2008

02.12.2008 :

Comme nous le craignions malheureusement le mois dernier, le chômage des informaticiens poursuit sa hausse au mois d’octobre 2008 avec une hausse de 657 demandeurs d’emplois en informatique (faisant suite à celle des 211 du mois de septembre 2008).
Fin octobre 2008, la barre des 20 000 demandeurs d’emplois en informatique a été franchie pour atteindre le chiffre de 20 165 inscrits en catégorie 1 (soit environ 30 000 inscrits toutes catégories).

Il y a 2 scénarios possibles pour les mois à venir :

1) Soit le chômage des informaticiens continue à augmenter sur un rythme relativement faible (cas actuel) et idéalement “stagner” sans dépasser un niveau plafond que l’on peut estimer autour de 25 000 demandeurs d’emplois.
C’est évidemment le scénario le plus souhaitable dans la crise actuelle… ou disons “le moins pire” : jusqu’à ce niveau en effet, notre marché du travail pourrait toujours être considéré comme un marché “relativement équilibré” avec un taux de chômage sectoriel inférieur à 5%.

2) Soit le chômage des informaticiens accélère sa hausse dans un contexte de licenciements importants, de blocage des recrutements et de développement de l’offshore.
Dans ce cas, comme nous l’indiquons dans l’article ci-dessous, nous mettrons TOUT EN OEUVRE (notamment à travers une vaste campagne de sensibilisation de la communauté informaticienne) pour s’opposer à tout ce qui peut aggraver la situation de l’emploi informatique dans notre pays : offshore, immigration économique, “prestarisation” de l’emploi informatique à travers les SSII (voir à ce sujet nos articles : Quand les SSII ont les yeux plus gros que le ventre… et Informaticiens... bientôt tous PRESTATAIRES ?).
Ajoutons qu’il est à craindre une radicalisation d’un certain nombre d’informaticiens parmi ceux qui ont déjà le plus souffert de la dernière crise…

A l’heure actuelle, le MUNCI ne privilégie aucun des deux scénarios : tout dépendra de l’ampleur de la crise sur le plan macro-économique.


04.11.2008 :

Depuis novembre 2004, le nombre des demandeurs d’emploi en informatique diminuait chaque mois (hors mois de juillet et août : effet saisonnier du aux nombreuses inscriptions des jeunes diplômés à l’Anpe). Pour la première fois en 4 ans, ce nombre est reparti à la hausse depuis juillet 2008…

Le chiffre était de 19 297 demandeurs d’emploi en informatique (cat.1) fin août 2008, il est passé à 19 508 fin septembre 2008 (soit un taux de chômage sectoriel d’environ 3.9%).
La hausse est donc minime… pour le moment.
Nous espérons y voir un simple prolongement de l’effet saisonnier mais les dernières nouvelles en provenance du terrain nous conduisent malheureusement à penser que le chômage va continuer à augmenter dans notre secteur au cours des prochains mois, la crise financière et économique ayant un impact de plus en plus évident sur les recrutements.
Pourtant, il y a encore 6 mois, nous étions relativement optimistes à court et moyen terme sur l’emploi informatique… aujourd’hui nous ne le sommes plus qu’à moyen terme.

Voir PAC : les investissements informatiques divisés par deux en 2009 et ce débat sur nos forums.
On note aussi, ces derniers mois, une très forte hausse des intercontrats en SSII dans le baromètre interne à la place de marché hitechpros.

Rappelons que notre secteur (Logiciels & Services) reste particulièrement cyclique au vu de son évolution mouvementée depuis une quinzaine d’années.

Le parallèle est d’ailleurs assez saisissant avec la période 1998-2004 :

  • 1998 à 2001 : conjoncture très favorable, le nombre des demandeurs d’emplois en informatique descend à 15 000 environ en 2001, on parle de “pénurie d’informaticiens”…
  • 2002 à 2004 : crise majeure, le nombre des demandeurs d’emplois en informatique grimpe à 48 000 début 2004
    (De 1998 à 2004, notre marché du travail est de surcroit totalement ouvert à l’immigration économique)
  • 2005 à 2008 : conjoncture très favorable, le nombre des demandeurs d’emplois en informatique descend à 17 500 mi-2008, on reparle de “pénurie d’informaticiens”…
    (Depuis 2007, notre marché du travail est de nouveau totalement ouvert à l’immigration économique)
  • 2009-( ?) : bis repetita… ?

Attention : notre propos n’est certainement pas d’accuser l’immigration économique de cette remontée du chômage, ni maintenant ni dans les années passées. Elle peut toutefois l’accentuer si elle n’est pas suffisamment maitrisée et elle n’a surtout aucune raison d’être facilitée et encouragée dans un contexte de hausse du chômage.
Alors que la crise avait commencé mi-2001 dans notre secteur, rappelons qu’il avait fallu attendre début 2004 (soit la fin de la crise… deux ans et demi plus tard !!) pour qu’une circulaire du ministère du travail vienne opposer à nouveau la situation de l’emploi aux informaticiens étrangers.
Pendant cette période, le chômage des informaticiens triplait en France…
La question est donc de savoir si l’histoire n’est pas en train de se répéter !
Si c’est bien le cas, et en l’absence de réaction rapide des pouvoirs publics, on ne pourrait que stigmatiser leur grave irresponsabilité en matière d’emploi et d’immigration.

Le MUNCI sera PARTICULIÈREMENT ATTENTIF aux chiffres du chômage des informaticiens au cours des prochains mois.

Nous espérons nous tromper et voir le chômage stagner au cours des mois à venir.

Mais si une forte tendance haussière se confirme, nous monterons au créneau avec notamment pour cibles :

Parallèlement, nous veillerons à ce que le plan Besson pour le développement de l’économie numérique profite bien à l’emploi IT dans notre pays, et nous demanderons à ce que les investissements publics en TIC se fassent en faveur des fournisseurs français et européens prioritairement avant les fournisseurs extra-européens (voir l’ensemble de nos propositions consacrées à l’industrie du logiciel dans nos RÉACTIONS au PLAN BESSON “FRANCE NUMÉRIQUE 2012”).

De plus, tandis que le Syntec Informatique tient sa conférence de presse semestrielle ce mercredi 5 novembre, nous voulons rappeler à la presse un certain nombre de données PUBLIQUES concernant l’emploi IT :

  • Le vrai taux de chômage des informaticiens : entre 3.9% (cat.1) et 5.9% (toutes catégories) (sources : Dares/Anpe)
    Le “faux” : celui du Syntec qui l’estime autour de 2%… voir Taux de chômage des informaticiens : les tromperies du Syntec Numérique.
  • Créations d’emplois nettes en 2007 : entre 10 980 (cadres seulement, source : Apec) et 15 092 (source : Assedic)
    Au vu de son évolution les années passées, ce chiffre ne peut logiquement pas dépasser les 17 000 à 18 000 en 2008.
    La hausse des recrutements cache de toute évidence une hausse du turnover et des recrutements en offshore… plutôt que des créations nettes de postes en France !
  • Taux de CDI : 74%, pour 26% de CDD signés (source : Dares/Anpe 2006).
  • Enfin, selon la récente étude Apec "Les salaires des cadres en 2007, à propos des recrutements en SSII : “la difficulté à trouver des candidats, souvent associée à un discours sur la pénurie, est à relativiser. Le niveau des salaires est finalement proche de celui envisagé en amont, et il n’y a pas de tension réelle sur les salaires par rapport à l’année dernière.”

NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5(4 - 2 votes)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article

30 novembre 2011, par cortex

Et pourtant avez vous noté que dans les informations (le journal de M6) pour ne pas les citer, nous avons eu le droit à un pauvre recruteur qui a mis six mois à trouver un “informaticien”, terme assez vague me direz vous. Et le commentateurs d’ajouter que malgré le nombre de chômeurs l’informatique peinait à recruter.
Alors les informaticiens seraient inexistants ou fainéants en France ? Peut être certaines personnes sont elles mécontentes de la nouvelle liste des emplois ouvert à l’immigration, alors on relance le lobbying

Commenter ce message