Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
AGENDA du MUNCI et de ses PARTENAIRES

• COLLOQUE concernant l’impact du numérique sur l’emploi et le travail (Paris, le 06.12.2016)


Pour être tenu(e) au courant des prochains EVENEMENTS : courriel

ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Concours d'Etat "Ingénieur des systèmes d'information et de communication" (pour les Ministères)
par Admin [Munci], 30 Aoû 2016, 21:03

Enquête nationale LMI-CIO : « Quel informaticien êtes-vous ? »
par Admin [Munci], 20 Juin 2016, 20:05

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18

Conditions de travail des informaticiens étrangers en France (recrutement, salaires...)
par Regis [Munci], 09 Fév 2014, 10:28

L'offshore dans l'administration et les entreprises publiques
par Admin [Munci], 06 Oct 2013, 16:44


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

pourquoi les SSII sont pas interdites en France ?
par gojul91, 02 Fév 2017, 20:05

Un patron de 70 ans allumé... une boîte de dingue + Question
par bmoraut, 01 Fév 2017, 19:27

Sondage/Questionnaire Mémoire sur l'intermission en ESN/SSII
par Chocothunder, 18 Jan 2017, 11:38

[SSII Belges] Abandon de poste fictif
par Ricardo1978, 23 Déc 2016, 14:44

[compte client region de charleroi (belgique) ] dénigrements insjutifiés
par Ricardo1978, 23 Déc 2016, 11:52


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Le pillage des cerveaux africains, face cachée de l’immigration qualifiée (notamment dans l’informatique)
Publié le 11 janvier 2012
Rubrique : DOSSIERS, POSITIONS > Immigration professionnelle, libéralisation des services
Mots-clés : Immigration professionnelle / Pillage|fuite des cerveaux
Nombre de visiteurs uniques : 2262 • Lien pérenne : https://munci.org/article1803.html


Source(s) : MUNCI, 11.01.2012
La “pensée unique” est forte dans le débat actuel sur l’immigration économique : elle réduit en effet ce débat à la seule prise en compte des besoins économiques de notre pays (qui sont d’ailleurs souvent mal évalués, notamment en ce qui concerne l’informatique…) et des aspirations individuelles des travailleurs étrangers.
Si “l’intelligentsia” française (responsables politiques, grands médias, intellectuels, etc.) voyait un peu plus loin que le bout de son nez (…), elle s’intéresserait également aux besoins des pays d’émigration, plus particulièrement ceux des pays en voie de développement (outre les conditions de cette immigration économique dans nos propres entreprises…).

En 2006-2007, la mise en place du système d’immigration choisie en France avait suscité, à juste titre, la critique d’une grande partie de notre “intelligentsia” principalement sur le thème du “pillage des cerveaux”. Le MUNCI s’était d’ailleurs associé à cette critique (à lire).

Dans l’informatique, certains titres de presse avaient eu le mérite d’ouvrir le débat, exemples :
[Presse] Le recrutement informatique prend le train de « l’immigration choisie » (01net)
[Presse] Projet de loi sur l’immigration : les informaticiens vont subir les choix gouvernementaux (Le Monde Informatique)
[Presse] Immigration choisie et secteur informatique : bol d’air ou asphyxie ? (Cadremploi.fr)

Mais aujourd’hui, force est de voir que ce sont les MÊMES médias, les MÊMES partis politiques, les MÊMES intellectuels/experts qui condamnent à nouveau la politique du Gouvernement en matière d’immigration économique alors que celui-ci revient (implicitement…) sur ce concept avec la révision de la liste des métiers en tension et la circulaire Guéant du 31 mai 2011 : quelle étrange schizophrénie ! Il semble que nos “élites” ne sachent vraiment plus sur quel pied danser en matière d’immigration…
Par ailleurs, le “débat” actuel est particulièrement étroit, rarement contradictoire et donc très peu démocratique, en ne laissant la parole qu’aux seuls adversaires de la politique gouvernementale.

Dans la traditionnelle hypocrisie et division idéologique qui le caractérise (souvent à des fins de récupération politicienne), ce débat fait totalement l’impasse sur la question du “pillage des cerveaux”.
Ce problème est pourtant une réalité, en particulier dans l’informatique : c’est en effet dans les pays en voie de développement (PVD) que sont recrutés les (jeunes) ingénieurs informaticiens étrangers (soit principalement le Maghreb, mais aussi l’Afrique noire, Madagascar, l’Ile Maurice, la Roumanie/Bulgarie, l’Inde, la Chine…) alors que ces pays souffrent, bien souvent, d’une réelle pénurie de main d’oeuvre en informatique…

Un autre cas d’école est celui des médecins africains :
- La France pille-t-elle l’Afrique de ses médecins ? (Atlantico, 06.01.2012)
- Médecine : la fuite des cerveaux coûte cher à l’Afrique (Jeune Afrique, 08.12.2011)
- « Il y a plus de médecins béninois en Ile-de-France qu’au Bénin » (Libération, juillet 2007)

Aussi, la question se pose : l’immigration économique doit-elle résulter d’un choix strictement individuel, en l’occurrence celui des travailleurs qualifiés des pays pauvres qui recherchent en France et dans les autres “pays riches” un salaire et un confort de vie supérieurs à ce qu’ils pourraient obtenir dans leur propre pays (et qui peuvent profiter des “effets d’aubaine” engendrés par ces dispositifs permissifs que sont les accords bilatéraux et les listes de métiers en tension) ?
Celle idée repose une approche très libérale où l’intérêt individuel prime sur la responsabilité collective, car c’est oublier que la multiplication de ces choix individuels porte fréquemment préjudice au développement économique des pays d’émigration (ce qui est tout particulièrement le cas dans les pays du Maghreb).
L’argument de ses défenseurs consiste à dire qu’une première expérience professionnelle est profitable aux travailleurs étrangers qualifiés avant de revenir exercer dans leurs pays d’origine. Certes, sauf que les cartes de séjour sont régulièrement renouvelées : dans leur grande majorité, les ingénieurs étrangers bénéficient en France d’un titre de séjour valable 10 ans…
Une solution pourrait donc être de limiter à 2 ou 3 ans, sans renouvellement possible, la durée de la carte de séjour “Salarié” pour certaines professions.

Le co-développement semble néanmoins la meilleure solution, tout au moins s’il se base sur les principes du commerce équitable et non sur un libre-échange déloyal…


Cachez cette réalité que je ne saurais voir…

Le “pillage des cerveaux africains” est favorisé principalement par les accords bilatéraux mais aussi la Carte de séjour Compétences & Talents (souvent au grand dam des employeurs locaux, comme en Tunisie…).

Dans l’informatique tout d’abord :

  • Les SSII françaises puisent dans les ressources stratégiques de la Tunisie (Khaled Ben Driss, 01net, 09/05/11)
    Extrait :
    “C’est évidement la « théorie du moindre effort » qui pousse une grande partie des SSII françaises, à adopter le modèle de la régie – par ailleurs hors-la-loi, mais ceci est un autre débat franco-français – et à puiser dans le stock des ressources stratégiques de ses voisins lorsque son filon interne commence à s’épuiser.”
  • Exemples d’officines de recrutement d’ingénieurs informaticiens au Maghreb pour le compte de sociétés françaises (SSII principalement) :
    . le cabinet Sintegra Consulting (Page Facebook, Page viadeo, article 01Net…)
    . la Craft Academy (site web, autres liens : 1, 2, 3).

Et plus généralement :
Croire qu’on vient étudier en France pour ensuite retourner chez nous, c’est ridicule (Libération, oct.2011)
Etudiants étrangers : et la fuite des cerveaux ? (AgoraVox, dec.2011)
La fuite des cerveaux, source de sous-développement en Afrique (Le Griot, nov. 2010)
Des pistes pour contrer la fuite des cerveaux africains (Le Monde, sept. 2010)
France24 - Lutter contre la fuite des cerveaux (France 24, juil. 2010)
Migrations et fuite des cerveaux africains a l’ere de la mondialisation (IMI, janv. 2010)
La Fuite des Cerveaux africains, le drame d’un continent réservoir (L’Harmattan, dec. 2009)
Fuite des cerveaux : 20.000 Africains quitteraient le continent chaque annéee (afriquechos, dec.2007)
L’immigration choisie, carburant des économies avancées (Le Figaro, oct. 2007)
Immigration choisie : l’Afrique crie au pillage des “cerveaux” (Le Nouvelliste, juillet 2006)
La fuite des compétences en Afrique francophone (Unesco, 2004)
L’hémorragie de la “fuite des cerveaux” africains (Afrik.com, oct.2003)

A noter enfin ce sondage (très peu médiatisé…) réalisé en décembre 2011 par la Commission Européenne :
61% des français (46% des européens) se disent opposés à l’immigration économique.


NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5/5(5 - 3 votes)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article