Mieux gérer nos carrières,
 défendre ensemble nos intérêts.

« Le MUNCI est la 1ère communauté professionnelle en France dans les métiers du numérique.
L'association réunit les membres salariés, indépendants et demandeurs d'emploi des professions informatique, web et télécoms pour mieux défendre leurs intérêts collectifs et leur apporter des services adaptés »

[Edito]
ANNONCES et APPELS à TEMOINS

Problèmes actuels de (dé)connexion sur les forums
par gojul91, 20 Sep 2014, 18:18

Conditions de travail des informaticiens étrangers en France (recrutement, salaires...)
par Regis [Munci], 09 Fév 2014, 10:28

L'offshore dans l'administration et les entreprises publiques
par Admin [Munci], 06 Oct 2013, 16:44


Pour être tenu(e) au courant de nos prochaines ANNONCES & APPELS à TEMOINS : courriel

SONDAGE DU MOIS

                   (en cours de maintenance)

FORUMS

Derniers sujets sur les forums externes :

Vers une ré-internalisation de l'informatique ? (blog consultant finance, P. Bernard)
par escapetiger, 08 Juil 2017, 12:31

Les entreprises françaises peinent à recruter des cyberspécialistes (Syntec OPIIEC) LMI V. Arène
par gojul91, 07 Juil 2017, 21:39

Non, le code du travail n'est pas le premier frein à l'embauche !
par gojul91, 05 Juil 2017, 10:56

démissionner ou changer de client avec la même SSII
par senior developper, 01 Juil 2017, 13:46

[Linagora] Les méthodes brutales du PDG Alexandre Zapolsky, candidat LREM
par vincent-37, 19 Juin 2017, 23:13


Derniers commentaires sur les articles :

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Par contre, toujours sur Ouest France Entreprise, un autre article datant du 09 Septembre 2014 existe : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par Sdu56, le 5 novembre 2015
" Bonjour, je n'ai de lien pour l'instant malheureusement, car ce nouvel article a été publié dans la version papier du journal Ouest France, édition (...)

• [Foutage de gueule ?] “Il embauche 50 informaticiens mais manque de candidats” (Ouest France)
par MUNCI, le 5 novembre 2015
" Merci, Sdu56, pour votre message. Pourriez-vous nous indiquer dans quel média vous avez vu ce "renouvellement de campagne", comme vous dites, de (...)


Présidentielle : le MUNCI salue les propositions de l’Afdel et du Syntec Numérique
Publié le 17 janvier 2012
Rubrique : ACTUS, INFOS > Syndicalisme, organisations, lobbying > Syntec numérique
Mots-clés : Economie numérique / Syntec (Numérique) / Tech In France (ex. Afdel)
Nombre de visiteurs uniques : 1377 • Lien pérenne : https://munci.org/article1808.html


Source(s) : MUNCI, 17.01.2012
L’Afdel et le Syntec Numérique ont fait connaître leurs propositions aux candidats à l’élection présidentielle 2012.
Le MUNCI soutient la quasi-totalité de ces propositions (consensuelles…) et fera connaître les siennes dans un document de position qui sera publié très bientôt.
Nous rencontrons actuellement les équipes des principaux candidats et l’heure est plutôt à la déception (…), néanmoins nous n’hésiterons pas à prendre position en faveur du candidat qui se montrera le plus à l’écoute de nos analyses et de nos propositions.

Propositions de l’Afdel : http://www.afdel.fr/iso_album/afdel&hellip ;

Le MUNCI apprécie et retient plus particulièrement :

3. Renforcer l’effet levier de la commande publique
L’enjeu essentiel de la « modernisation » des règles de la commande publique est de privilégier l’utilisation stratégique des marchés publics en tant qu’instrument de politique publique. L’article 26 de la Loi de Modernisation de l’Économie du 4 août 2008 a été introduit pour favoriser les appels d’offres réservés prioritairement à des PME technologiques. À ce jour, le dispositif étant facultatif, il n’est que très peu utilisé.
Mesure n°10 : Création d’un indicateur de suivi de l’attribution des marchés publics aux PME technologiques, par les administrations centrales et les services déconcentrés

On apprécie moins :

Mesure n°14 : Le stage PME Innovantes obligatoire en master 2 et grandes écoles dans les cursus économiques et d’ingénieur
La formation des étudiants les amène pour la plupart à privilégier les grands groupes aux PME dans leurs choix de stages, alors que 80 % des salariés français travaillent dans une PME (…)
L’AFDEL propose donc la mise en place de « stage PME innovante » obligatoire pour les cursus professionnels universitaires d’économie ou d’ingénieurs et dans
les grandes écoles orientées sur ces cursus.

=> Le MUNCI partage les constats mais pas la solution qui nous parait un peu trop coercitive…


Propositions du Syntec Numérique : http://www.syntec-numerique.fr/Actu&hellip ;

Le MUNCI apprécie et retient plus particulièrement :

Proposition 1 : Une reconnaissance des entreprises responsables valorisant leur capital humain
La mise en place d’un dispositif « Empreinte Sociale » des entreprises doit être favorisée afin de mieux prendre en compte les enjeux sociaux des entreprises. Ces mesures de type bonus/malus incitent les entreprises à valoriser le capital humain. Ce dispositif doit reposer sur des mesures incitatives en fonction des comportements et des actions dans le domaine social des entreprises (embauche des jeunes, apprentissage, évolution des salaires, emploi des seniors, diversité…).
Le critère d’évaluation pourrait être l’évolution du niveau des dépenses en formation, le ratio masse salariale vs résultat net, ou tout autre instrument à définir.
* Bénéfice : introduire dans les résultats de l’entreprise une prise en compte des critères sociaux qui doivent être considérés aujourd’hui comme un levier de compétitivité et de développement économique.
* Valorisation : une augmentation de 30% des emplois dans le domaine de la diversité sur 5 ans.

On apprécie moins :

“Afin de conforter l’influence du secteur, je souhaite la création d’une union française des acteurs du numérique pour que l’ensemble des professionnels de notre industrie puissent s’exprimer d’une même voix auprès des pouvoirs publics”
(Guy Mamou-Mani, Président de Syntec Numérique)

=> Le MUNCI ne croit pas ni à la possibilité ni à la pertinence “d’une seule et même voix” pour la filière numérique.
En effet, de par la diversité de ses enjeux, de ses acteurs et de leurs visions, le numérique ne saurait se réduire en France et ailleurs à un seul syndicat patronal, un seul conseil, un seul comité ou encore un seul collectif
Pour ne pas sombrer dans la pensée unique de la “France numérique d’en haut”, le débat sur le numérique ne doit pas être monopolisé par les grands lobbies économiques malgré leur représentation hégémonique au sein des instances nationales de consultation (CNNum, CSF Stic, Observatoire national du Numérique…).
C’est pourquoi le MUNCI propose un Conseil National du Numérique élargi davantage représentatif de l’ensemble des acteurs du numérique, fonctionnant sur les principes d’une collégialité équitable et sur les moyens numériques de la “e-démocratie” (consultations publiques, votes électroniques…), un CNNum fort d’une représentativité moderne et irréprochable à la hauteur des enjeux stratégiques, économiques, sociaux et culturels que représente le numérique.
La mission d’une telle instance consultative serait d’apporter non pas nécessairement une vision (faussement ?) consensuelle aux pouvoirs publics mais plutôt une grille d’analyses et de propositions argumentées et débattues pour que le Gouvernement et le Parlement aient toutes les cartes en main avant de décider en dernier ressort.

On s’interroge sur :

Proposition 5 : Des filières de formation numérique pour tous
Une filière de formation propre aux métiers du numérique doit être créée en s’appuyant sur les dispositifs existants.
Il faut accroître les formations à l’attention des populations en difficulté telles que les jeunes, les salariés des bassins d’emploi en reconversion, les seniors, les handicapés en s’appuyant notamment sur les fonds paritaires de sécurisation des parcours professionnels.
* Bénéfices : former des profils mieux préparés à intégrer l’ensemble des emplois des secteurs numériques, créer des emplois, favoriser la reconversion professionnelle.
* Valorisation : une création sur cinq ans de 50.000 emplois supplémentaires (Source Contribution Syntec Numérique à France Numérique 2020) ciblant les jeunes et les reconversions professionnelles. Le coût de cette mesure est nul, il s’agit d’optimiser le recours au FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels) dans le cadre d’une filière industrielle, le numérique, à forte valeur ajoutée et à fort potentiel de recrutement.

=> Lire à ce sujet : Formation au numérique : les propositions du Munci et du Syntec numérique.


NOTE MOYENNE DES INTERNAUTES :
Note : 1/5Note : 2/5Note : 3/5Note : 4/5Note : 5(4 - 4 votes)


(notez l'article en cliquant sur l'etoile de votre choix puis sur Voter)


Nos articles sont fréquemment mis à jour...











Version PDF de cet article

   
Vos commentaires

Commenter cet article